Tuesday, December 23

Merry Christmas Concert! / Joyeux Concert de Noël!

When I started my blog, the purpose for recording my You-Tubes was a bit prideful..... for a couple of years, I had been commenting on the Oboe BBoard that reeds are not really that hard to make and the oboe is not prohibitively difficult to play..... but who is this "Robin des Hautbois"? So I felt I had to prove that I know what I am talking about! But today, it is so easy (and necessary) to tweak recordings by splicing multiple takes and tracks that a fair amount of "cheating" can be assumed. So I take performing live as the ultimate test of a musician's mettle.
joyeuxNoel

 

Quand j'ai débuté mon blogue, le but d'enregistrer pour You-Tube était un peu arrogant.... durant quelques années avant, je passais des commentaires sur le Oboe BBoard que les anches ne sont pas vraiment difficiles à fabriquer et que le hautbois n'est pas démesurément difficile à jouer.... mais qui est ce "Robin des hautbois"? Je sentais le besoin de prouver que je savais de quoi je parlais! Mais il est actuellement facile (et nécessaire) de truquer les enregistrements avec de multiples prises qu'on raccommode et filtre pour la qualité. Je prends donc la présentation sur scène pour la preuve de la qualité d'un musicien.
Nothing Special...
I can't take any special credit here; I know several amateur oboists who do much more concert work at Christmas, and all through the year. One guy I know hadn't played in 20 years and he's doing Handel's Messiah I don't know how many times this year! But I still want to share my joy with this milestone because I know there are many other people out there who are wondering what they can do with that instrument in the closet, or if it's even possible or reasonable to try.

Rave Reviews
It turns out I didn't play so bad either! Of course, I know the mistakes I made, but nonetheless, the papers were inspired to write this (see center image and click to original post).
<<And who knew that an oboe was such an appealing instrument, with its clear, warm, penetrating sound. Oboist Robin Tropper delivered the musical magic that this instrument can deliver with his skillful playing>>

   _MG_6838

raveReview

Pas vraiment de mérite…
Je n'ai vraiment rien accompli d'extraordinaire ici; je connais plusieurs hautboïstes amateurs qui se présentent en public beaucoup plus dans le temps de Noël et pendant le reste de l'année. Un que je connais a délaissé le hautbois pendant 20 ans et il fait le Messie de Handel je ne sais combien de fois cette année! Mais je veux quand-même partager ma joie d'avoir franchi cet étalon parce que je sais qu'il y a plusieurs personnes qui se demandent s'ils peuvent faire de quoi avec l'instrument dans leur placard ou même s'il vaut la peine d'essayer.

Revues de rêve
Il se donne que je n'ai pas joué si mal non plus! Bien sûr, je sais les nombreuses erreurs j'ai fait, néanmoins, les médias ont été inspirés à rapporter ceci (voir l'image au centre et cliquez pour l'article original).
<<Et qui savait que le hautbois était un instrument si attrayant avec son timbre si clair, chaleureux et pénétrant. Le hautboïste Robin Tropper, avec son jeu doué, a rendu la magie musicale que cet instrument peut livrer.>> (trad. libre)
No Nerves on Stage - the Audience is Great!
I remember, from years ago, being nervous as can be in rehearsals, but completely comfortable on stage. This time was exactly the same thing! I'm always concerned about making mistakes or sounding bad in front of other musicians.... but when I actually get on stage, it's only recently that an old class mate of mine could finally explain: we play from our enjoyment of the instrument and the music, on stage, practicing technique and phrasing is all over ... all that is left is to share that enjoyment with the audience. After all, we musicians enjoy playing, and they enjoy listening: it takes both audience and performers to make the enjoyment complete.

_MG_6595



Jeff Nelsen on Fearless Performance
Pleine confiance sur scène - public formidable!
Je me souviens qu'à l'époque j'étais nerveux en répétition, mais tout-à-fait à l'aise sur scène. Cette fois fut exactement pareil! Je suis toujours inquièt des erreurs ou mal sonner devant les autres musiciens.... lorsque j'embarque sur scène, ce n'est que récemment qu'un ancien camarade a su expliquer: nous jouons pour le plaisir de la musique et de l'instrument, sur scène, le travail de la technique et du phrasé reste derrière: il ne reste que de partager ce plaisir avec le public. Nous musiciens jouissons à jouer et le public jouit d'entendre: ça prend les deux côtés de la médaille pour compléter l'expérience.
Cool playing for cool tunes!
The concert was “A Garland of Carols” by the West Ottawa Ladies Chorus (click here), under the direction of Robert Dueck and with Eliana Kurilov as their accompanist: both accomplished artists in their field. It was performed twice at St-Paul's Anglican Church in Ottawa, with a seating capacity of somewhere between 200 and 300 people. Both performances were essentially "sold out" and for the 2nd, the church actually layed out extra chairs.

When Robert telephoned me at work, I thought: "OK, a community ladies choir.... quaint", but then I found them on You-Tube: "WOW, these people can really sing!". Playing carols with choir, the oboe providing ornamentation and counter-melodies, was actually my first public appearance using my Ol' Faithful (Lorée), 29 years ago, so it seemed like a really nice way to resume doing public performances (God willing) and proper vindication for not having purchased a better instrument in New-York last summer.

I played the concert in 2 settings: with the choir and solo with guitar accompaniment by Gary King during the intermission, when people were free to walk around and talk and not be stuck to their seats paying attention.
Handel: He Will Feed His Flock.



heShallFeedHisFlock



Calypso Carol
Cantiques pleins de vie!
Le concert s’appela “Une Guirlande de Cantiques” par le West Ottawa Ladies Chorus (ici) sous la direction de Robert Dueck et avec Eliana Kurilov pour piano d’accompagnement: deux artistes bien accomplis. Deux présentations du concert à l'église St-Paul's Anglican à Ottawa, ayant une capacité d'entre 200 à 300 spectateurs. Les deux concerts avaient salle comble, surtout le 2e, où ils ont étalé des chaises supplémentaires.

Lorsque Robert m'a téléphoné au boulot, je me suis dit "Bof, un choeur communautaire de femmes... pittoresque", mais en les trouvant sur You-Tube, j'ai vu vite qu'elles savent vraiment chanter! Jouer des ornementations et contre-mélodies dans des cantiques de Noël avec chorale était ma première présentation publique avec ma Vieille Branche (Lorée) il y a 29 ans, alors ceci m'a paru une bonne manière de reprendre la présentation sur scène ainsi qu’une belle vindication à ne pas avoir acheté un meilleur instrument à New-York, l'été dernier.

Au concert, j'ai joué dans 2 contextes: avec le choeur et en solo, accompagné de Gary King à la guitare durant la pause, où le public était libre de se promener et parler sans trop nous porter attention.
There is a problem with Christmas carols: they are SHORT! Most of them are between 15 and 30 seconds: just repeating the melody is not very captivating… So to keep things interesting, we repeated the melodies with ornamentation, variations and ragtime or jazzy rhythms. So although maybe 1/4 of the audience came up closer to get a good listen to us, the noisy situation was ideal ideal to test less than usual variations!

The reed I used was somewhat hard, but strangely it responded better than my easier reeds, especially in the low range. In fact, the special-prize tune I played in the concert required these killer intervals - this harder reed jumped the octave without effort..... So on top of sounding much warmer and mellower while supporting power, it was also easier to play the difficult parts - easy reed choice!
Gloucestershire Wassail




Il y a un problème avec les cantiques de Noël: ils sont COURTS! Les mélodies varient entre 15 et 30 secondes…. pour maintenir l’intérêt, il ne suffit pas de simplement répéter la mélodie… J’ai donc fait des ornementations et variations avec des rythmes et thèmes ragtime ou jazz. Bien qu’environ le quart du public s’est rapproché pour mieux nous entendre, le contexte bruyant était idéal pour tester ces variations hors de la norme!

L'anche que j'ai utilisée est un peu dure, mais étrangement, elle répond mieux que mes anches plus faibles, surtout dans le grave. En fait, la pièce-bijou que j'ai jouée compte ces deux intervalles meurtrières - cette anche plus dure sauta l'octave sans effort.... Alors en plus de sonner plus velouté et soutenir la puissance, il était aussi plus facile de jouer les traits les plus difficiles - choix facile de l'anche!
Effects on my Health
So my big worry over the past few years was that the stress of a performance might cause a "fatigue explosion" crashing the concert. What actually happened was a relief and revealing.

Three weeks before the concert were plagued with very long work-days (12-hours at computer work plus practicing plus caring for the dogs and home are not quiet and restful for a fibromyalgia sufferer) and full weekends with the Montréal Masterclass (click here) and reherasls with the choir and with the guitarist. In the end, the week before left me cramming to refine my theme-and-variations on the Carols: my originals were overly ambitious for the time I had to practice and I had to write them cleanly (memory is not enough!). After our Friday-night dress rehearsal and throughout Saturday, I had to review my ornamentation/variations and write them by computer.

Needless to say, at Saturday night's concert, I was crazy-tired, but the concert went quite well. I was collapsing of fatigue before, but as soon as I put my feet on stage in front of a packed audience, whatever biological and/or emotional energies brought me back to life!

I think my regular practice of Tai-Chi, throughout the "normal" year, got me in shape enough. Now, one week later, with Tai-Chi every 2 days, I am stiff and sore. The magic of Christmas Concerts held me up, but now it's time for Christmas holidays!

WDChristmasPosterCOLOR

merryChristmas31languages

MERRY CHRISTMAS EVERYONE!

JOYEUX NOËL À TOUT LE MONDE!

Effets sur la santé
Ma grande crainte, les dernières années, est qu'un soir de concert coïncide avec une "explosion de fatigue" par les nerfs. Le résultat servi de soulagement et de révélation.

Trois semaines avant le concert ont donné des jours de 12-heurs au boulot informatique; ça plus le soin des chiens et la maison ne font pas un repos tranquille pour un souffrant de fibromyalgie. Ajoutons à cela des fins-de-semaine  avec la classe des maîtres à Montréal (clickez ici) et des répétitions avec le choeur et le guitariste. En fin de compte, il ne m'a resté que la semaine avant le concert pour raffiner mes thèmes-et-variations sur les cantiques: mes originaux étant trop ambitieux pour si peu de temps de préparation alors ça m'a pris le temps de les simplifier et les écrire (la mémoire ne suffit pas!). Même la nuit suivant l'avant-première et le jour du premier concert, j'ai dû revoir mes variations à l'ordinateur.

Pas besoin de dire que le soir du premier concert, j'étais mort de fatigue, mais le concert s'est très bien déroulé. Bien que je m'écrasais de sommeil, l'instant que j'ai mis les pieds sur scène, devant la salle comble, un processus biologique et/ou mental quelconque m'a redonné vie!

Je crois que ma pratique régulière de Tai-Chi en temps normal m'a donné la forme à prendre les stress des semaines difficiles. Maintenant, une semaine plus tard, avec le Tai-Chi aux 2 jours, je me sens raide. La magie des concerts de Noël m'ont maintenu, mais maintenant je suis dû pour une vacance de Noël!

Sunday, November 23

Back to our Roots – Louise Pellerin à/in Montréal – Retour à nos racines

Rehearsing Christmas Carols is nothing difficult at all… unless you want to make them more interesting and while working 12 hour days at your “day job”…

Not much time to go considering. Trying to cram into a few days what should be months worth of exploring ornamentations and variations to make repeating simple traditional melodies something people want to hear over and over again, without falling into the traps of just adding trills or modulating a tone like in waiting-room music.

But this is a marvellous opportunity and I know this return to stage will be a really happy event!

xmasConcertPoster

Travailler les cantiques de Noël n’a vraiment rien de difficile… à moins qu’on cherche à les rendre plus intéressants tout en faisant des jours de 12 heures à l’ouvrage …

Ça vient vite, tout considéré. Esseyons d’entasser dans quelques jours des mois d’exploration en ornementations et variations afin qu’entendre maintes reprises de simples mélodies traditionnelles soit agréable, sans tomber dans le piège des trilles et modulations par ton qu’on entend dans les salles d’attente.

Mais c’est une occasion merveilleuse et je sais que retourner sur scène sera un événement joyeux!
Inspiring vacation in Montréal!
Last week, Louise Pellerin (internationally renowned oboe soloist and chamber musician) came to Montréal to participate as jurist at le Concours de l'OSM (Montréal Symphony Orchestra Competition). The two major music schools there, Conservatoire de Musique de Montréal and McGill University's Schulich School of Music, did the very wise thing of inviting her to do masterclasses for their oboe students.

Louise also got Marigaux to exhibit their instruments in both locations - they got a very warm welcome and results exceeded anyone’s expectations! Of course, I could not pass up the opportunity to weasel-my-way there to all events!


trioBJ
Masterclass Conservatoire de Montréal:
Robin Tropper, Louise Pellerin,
Lise Beauchamp

Vacance inspirante à Montréal!
La semaine dernière, Louise Pellerin (hautboïste-soliste et chambriste renommée mondialement) est venue à Montréal pour agir sur le jury du Concours de l’OSM. Les deux écoles de musique principales de Montréal, le Conservatoire de Musique de Montréal et l’École de Musique Schulich de l’Université McGill, ont montré la grande sagesse de l’inviter à donner des classes des maîtres, pour leurs étudiants en hautbois.

Louise a apporté la maison Marigaux pour montrer ses instruments et permettre à tous les visiteurs de les essayer – ils ont reçu un chaleureux accueil à Montréal dont les résultats ont dépassé les attentes de tous! Bien sûr, je ne pouvais pas m’empêcher d’aller écorniffler tous les événements!
This is the first time Marigaux came to Canada. It was well worth the effort: for Montrealers to try Marigaux was a rare opportunity and the instrument received a very warm welcome, impressing students and professionals alike. In fact, at least two professionals gladly converted to Marigaux.

The way I see it, this is a great way to open the doors to a variety of makers rather than blindly following dogmatic standards. This should let oboists feel more free to choose what best serves their goals!

Marig901InCase 

C’est la première fois que Marigaux vient au Canada. L’effort en a bien vallu la peine: occasion rare pour les montréalais d’essayer Marigaux, qui a reçu un accueil très chaleureux, impressionnant les étudiants comme les professionnels. En fait, deux professionnels se sont convertis à Marigaux.

La manière que je vois ça, c'est la porte qui s'ouvre à une variété des fabricants, au lieu de suivre ‘a l’aveuglette des normes dogmatiques. Ainsi, les artistes peuvent se sentir plus à l'aise de choisir l'instrument qui voit à leurs buts!
Louise Pellerin's masterclasses were simply wonderful! The students from both schools clearly made good use of her time with them and their performance before and after her coaching showed clear benefit from the experience. Les classes des maîtres de Louise Pellerin étaient simplement formidables! Les étudiants des deux institutions ont clairement fait bon usage de son temps et leur jeu et avant ses instructions ont clairement montré le bénéfice de son expérience.
Her ebullient and authentically kind and pleasant personality immediately puts people at ease and really opens their artistic expression with their oboes. As I listened to her and saw her effects on students, I felt her instruction touched more than stylistic aspects of the pieces performed; I felt she elucidated the very way we approach rehearsal and even our relationship with music itself. Son rayonnement, sa gentillesse et sa personalité plaisante frappent par leur autenticité, mettant ses interlocuteurs immédiatement à l’aise et ouvrant les portes à l’expression artistique par le hautbois. En l’écoutant et voyant son effet sur les étudiants, j’ai senti que son instruction toucha plus que le style dans l’interprétation des pièces jouées; j’ai trouvé qu’elle élucida la manière qu’on approche la répétition et même notre relation avec la musique elle-même.
It would be very tempting here to list some of the key points she emphasized, but it’s really not the same without context. In our generation, it has become the habit to search the internet for “how-to’s” in the hopes of becoming a master at something. This does work (to some extent only) for computer development and technical skills, but it sure does not work for the arts: playing the oboe especially, requires human contact with someone how has the experience to touch what you need to improve and develop. La tentation est forte pour élaborer les points saillants de ce qu’elle enseigna, mais ce n’est vraiment pas pareil hors contexte. Notre génération est accoutumée à chercher les réponses-rapides sur Internet, espérant maîtriser une discipline. Jusqu’à un certain point, celà fonctionne assez bien pour le développment informatique et autres habiletés techniques, mais ça ne marche vraiment pas pour les arts: jouer le hautbois, surtout, a besoin du contact humain avec quelqu’un avec l’expérience à savoir toucher ce qu’il vous faut pour avancer.
With something as intimate as the oboe, videos or lists of pointers just won’t cut it. Even for a seasoned player like myself, seeing a master like Louise Pellerin in person just does that much more than any amount of reflection on CD performances. So I really recommend people to go take classes with her, for example at the Orford Arts Center.

 

logo-cao
Masterclass 2014

Avec de quoi d’aussi intime que le hautbois, les vidéos et listes de conseils n’aboutiront à pas grand chose. Même pour un vieil habitué comme moi, voir un maître comme Louise Pellerin en personne fait bien plus que toute la méditation possible sur les CD. Alors je recommende vraiment d’aller prendre des cours avec elle, par exemple au Centre d’Arts à Orford.
Personal corroboration:
Although I did not persevere to their professional levels, I am grateful for having learned oboe at the Conservatoire de Musique de Montréal with Bernard jean. Looking back on the experience, and absolutely no "lip-service" or fake-flattery here, this was quite a privilege: 4 years in a heavenly setting. Heavenly in 2 ways: a historical setting that cannot fail to inspire artistic excellence and also a social setting where everyone lives and breathes the pursuit of musical artistry.


oldConservatoireMontreal
Confirmation personnelle:
Bien que je n’aie pas persévéré dans une profession musicale, je suis reconaissant d’avoir aussi étudié le hautbois au Conservatoire de Musique Montréal sous Bernard Jean. En rétrospection, et sans aucune fausse flatterie, c’était tout un privilège: 4 ans dans un contexte paradisiaque… un lieu historique qui ne peut faire autre chose que d’inspirer à l’excellence musical et un contexte social où chacun vit et respire la quête artistique.
Bernard Jean also taught Louise Pellerin and my first oboe teacher (after high-school), Lise Beauchamp, who now succeeded him as principle oboe of the Orchestre Métropolitain as well as teacher at the Conservatoire in Montreal. After her own studies at the Conservatoire, Lise went on to complete her musical training at the Julliard School of Music! She now brings the best of both American and European aesthetics home to Montréal. So many years ago, Bernard instructed me to get lessons with Lise in preparation for my audition for the Conservatoire: in only a few months, she clearly did quite well. Now, by the masterclass performance of her next-generation students at the Conservatoire, it is clear that she is passing Bernard's legacy along with her own impressive experience.

bernardJean
Bernard Jean
My main oboe teacher.
Mon principal prof. de hautbois.

Bernard Jean a aussi formé Louise Pellerin et mon premier prof. de hautbois., Lise Beauchamp, qui l’a succédé comme hautbois principal de l’Orchestre Métropolitain ainsi qu’en tant que prof. au Conservatoire de Montréal. Après Montréal, Lise a complété sa formation à l’école de Julliard à New-York! Elle rapporte maintenant à Montréal le meilleur des deux esthétiques (européennes et américaines). Il y a tant d’années, Bernard m’avait dit de prendre des cours avec Lise en préparation pour mon audition au Conservatoire: en quelques mois seulement, elle a clairement très bien fait. Maintenant par le jeu de ses étudiants au Conservatoire, il est clair qu’elle passe le flambeau de Bernard tout en ajoutant la sagesse de sa propre expérience impressionnante.
Trust in the system and persevere in your quest:
I left the Conservatoire and went to McGill University (where I also had fantastic experiences and amazing teachers) but this had nothing to do with Bernard and everything to do with being a nervous wreck at the time. When I started playing oboe again, after 10 years of nearly total absence from it during engineering school, I finally began to understand the sense of what Bernard had taught, both by instruction and by example, and also just by his behaviour around me and everyone in our entourage.
stairwellToRehearsalHall Ayez confiance dans le système et persévérez dans votre quête:
Lorsque j’ai quitté le Conservatoire pour aller à l’université McGill (où j’ai aussi vécu de merveilleuses expériences avec des professeurs formidables) mais ça n’avait rien à faire avec Bernard et tout à voir au fait que j’étais un paquet de nerfs à l’époque. Quand j’ai repris le hautbois, après un hiatus de 10 ans pendant mes études en ingénierie, j’ai enfin commencé à comprendre ce qu’il m’avait enseigné verbalement et par exemple et même par son comportement autour de moi et tout le monde.
His entire personal presence taught more than the oboe or even music, but also about how life and and being end-up showing in musical performance. It took me 20 years to appreciate what Bernard passed on… I hope I’m doing him justice now. Je suis maintenant capable de comprendre ses leçons, qui outrepassent le hautbois et même la musique, mais incluent un optique de vie qui se manifeste finalement dans la musique. Ça m’a pris 20 ans apprécier ce que Bernard m’a transmis.
Witnessing Louise Pellerin in both masterclasses, I immediately saw the living aesthetics of our common teacher, Bernard Jean, as well as the energetic refinement of her subsequent teacher, Heinz Holliger, wrapped with a humanistic understanding which is all her own. There was quite a lot of artistic maturity in the rehearsal techniques she passed on and the expectations she held at both the Conservatoire and McGill University; maturity that cannot fail to move those very fortunate students greatly on their journey to a life blessed with the oboe! Voyant Louise Pellerin dans les deux Masterclass, j’ai immédiatement vu l’esthétique vivante de notre prof. commun, Bernard Jean, ainsi que le raffinement de son prof. subséquent, Heinz Holliger, le tout enrobé d’un sens humaniste qui est propre à Louise. Il y avait là considérablement de maturité autant dans les techniques de répétition qu’elle enseignait, que dans ses attentes au Conservatoire et l’université McGill; maturité qui qui ne peut manquer à émouvoir ces chanceux étudiants dans leur cheminement merveilleux avec le hautbois.

Sunday, November 2

Hautbois IDRS 2014 Oboes (art. 4),

  • Lengthening Nights
  • Tai-Chi for Pain Management
  • Christmas Concert + Louise Pellerin with Marigaux in Montréal!
  • Oboes at IDRS 2014
  • New Approach: "Presence" in the sound
  • Viennese Oboe or Jacques Tys?
  • My Impressions on the instruments: short list and very short list
  • Surprises and New Discoveries
  • Flattery and Bells!
  • Ergonomics of my Favourites
  • A few words on Dupin, Marigaux, Rigoutat, Fossati and Mönnig/Frank
  • Uncertainties

  • Les nuits allongent
  • Tai-Chi efficace pour gérer la douleur
  • Concert de Noël + Louise Pellerin avec Marigaux à Montréal!
  • Hautbois de l'IDRS 2014
  • Nouvelle approche : "présence" sonore
  • Hautbois viennois ou Jacques Tys?
  • Mes impresions sur les instruments: listes courte et très courte
  • Surprises et nouvelles découvertes
  • Flatterie et pavillons!
  • Ergonomie de mes favoris
  • Quelques mots concernant Dupin, Marigaux, Rigoutat, Fossati et Mönnig/Frank
  • Incertitudes
  • I would really love to visit Norway: such beautiful towns in such majestic natural land. But I think I’d better do that in the late spring or early autumn: the very long nights of winter might be too much for my body to take! Over here, now, mornings are now dark; sunrise is after 07:00 am. It is becoming very difficult to wake up in the morning and I get tired very fast with an early sunset. The effects of short days on fibromyalgia are clear: the body is always stiff and it’s difficult to call-up much energy.
    worldClock
    J'aimerais bien visiter la Norvège: tant de belles villes dans de si belles scènes naturelles. Mais je crois qu'il vaudrait mieux à la fin du printemps ou tôt l'automne: les très longues nuits d'hiver pourraient être trop dûres sur mon corps! Ici actuellement, les matins sont noirs avec le lever du soleil après 07h00. Il devient difficile de me réveiller et je me fatigue vite avec le coucher du soleil hâtif. Les effets des jours courts sur fibromyalgie sont claires: le corps est toujours tendu et difficile à se motiver.
    Tai-Chi and a natural diet do help quite a lot, but what they do is prevent the big pains: when all this started, my back and legs and arms used to hurt so bad for days and weeks on end that I would want to scream from the pain... thank God this is no longer the case! But there is always a sense of discomfort over my whole body that never goes away. I can ignore it long enough to participate in things I like to do, but it remains there.

    So if Tai-Chi does not completely cure me, should I use medication from the pharmacy instead? ... NO WAY! I did that for years and the conclusion (for me, I cannot say for anyone else) was always the same: unwanted side effects were strong and clear, but the intended benefit was faint and fleeting. Perhaps medication is good for some people: discussion groups and studies seem to say that different people react differently.

    wudangDao
    Le Tai-Chi et un menu naturel aident beaucoup, mais ce qu'ils font est de prévenir les gros maux: quand tout ceci a commencé, mon dos, jambes et bras pouvait me faire si mal pendant des jours ou même semaines durant que j'en aurais crié... Dieu merci que ce ne soit plus le cas! Mais il reste toujours un sens d'inconfort intense sur le corps entier qui ne quitte jamais. Je peux l'ignorer assez longtemps pour participer dans les activités qui me passionnent, mais ça reste toujours là.

    Alors si le Tai-Chi ne me guérit pas complètement, ne serais-je pas mieux à prendre des médicaments? ... PAS PANTOUTTE! Je l'ai fait des années durant et la conclusion (pour moi, je n'avise aucunement autrui) est toujours la même: les effets secondaires sont clairs tandis que les effets voulus laissent à désirer. Peut-être que le médicament est bon pour d'autres: les groupes de discussion et les études semblent indiquer que chacun réagit diféremment.
    What helps me most right now are the 2 events that really motivate my enjoyment of life while filling my mind with happy anticipation:
  • I was invited to play the Christmas Concert with the West Ottawa Lady’s Chorus.
  • Louise Pellerin is coming to Montréal to do masterclasses and she’s bringing Marigaux along to exhibit oboes at le Conservatoire de Montréal! So this year, for the first time in maybe 16 years, I will finally be playing on stage, in front of people again! I will be playing counter-melody accompaniment with the chorus, but also in chamber-music with their pianist and their guitarist! Now will be the REAL test to see if I really do know anything about the oboe!

    Mark your calendars: Thursday and Friday, November 20 and 21, Marigaux will be exhibiting at le Conservatoire de Montréal. You will be able to bring your Lorée, Fox, Buffet Crampon, Yamaha or any oboe at all for small repairs and fine-adjustments while you try and get to know the fantastic Marigaux line of instruments for yourself!

    On Thursday the 20th, very special treat, Louise Pellerin, solo and chamber music starlet of Switzerland, but home-town girl of Trois-Rivières Québec, will be giving a masterclass at 9:30 a.m. at le Conservatoire de Montréal. You can be sure I will be there for both days!
  • conservatoire


    Conservatoire De Musique
    de Montréal.

    4750 Avenue Henri Julien, Montréal, QC H2T 2C8
    (514) 873-4031

    marigaux_louise_pellerin_poster

    Ce qui m'aide le plus actuellement sont 2 événements qui me motivent beaucoup et joyeusement:
  • J'ai été invité à jouer dans un concert de Noël avec le West Ottawa Lady's Chorus.
  • Louise Pellerin vient à Montréal donner des classes de maître et elle traîne Marigaux avec elle pour exposer ses hautbois au Conservatoire de Montréal! Alors cette année, pour la première fois en peut-être 16 ans, je vais enfin me produire sur scène devant un vrai public! Je ferai le contre-point au choeur des dames et je vais aussi jouer en musique de chambre avec piano et guitarre! Alors voici le vrai test à savoir si je sais vraiment jouer de cet instrument!

    Marquez vos calendriers: jeudi et vendredi le 20 et 21 novembre, Marigaux expose ses instruments au Conservatoire de Musique Montréal. Vous pourrez apporter vos Lorées, Fox, Buffet Crampons, Yamahs ou n'importe-quoi pour des réparations mineures et ajustements de fine-pointe pendant que vous essayez vous-même la formidable ligne d'instruments Marigaux!

    Le jeudi 20 novmebre, Louse Pellerin, hautbois soliste et chambriste célèbre de Suisse, mais aussi bonne fille de Trois-Rivières Québec, viendra donner une classe de maître à 09h30 au Conservatoire de Montréal. Vous pouvez compter au fait que j'y serai les 2 jours!

  • IDRS 2014 Oboes

    By Blogger statistics, I see that many people are reviewing my posts about the instruments I tried at IDRS 2013 (Redlands CA) are very popular these days. So this comes a little late, but I should detail the surprises I made at IDRS 2014 (NYC, NY). Mostly, my impressions are similar, but there were differences in how instruments behaved in the exhibition halls and at the dorm rooms I stayed in.
    Hautbois à IDRS 2014

    Selon les statistiques fournies par Blogger, je vois que mes articles concernant les instruments que j'ai essayés à IDRS 2013 (Redlands, Californie) restent populaires à ce jour. Ceci vien un peu tard, mais je devrais raconter les surprises encourues à IDRS 2014 (New-York). En gros, mes impressions restent les mêmes, mais il y a des différences sur comment les instruments se sont comportés dans les salles d'exposition et la chambre de dortoir.
    Once again, I must impress on you that these are MY impressions such that they suit my own tastes and physical makeup. After trying other people’s reeds and instruments, it is crystal-clear that different people require different instrument characteristics. It’s not just a matter of fine-tuning embouchure or breathing to suit regional styles, it really is an important personal match that needs to be made. There is seriously no right or wrong here, just what works for each individual. Encore une fois, je dois insister que ce qui suit concerne mes opinions par rapport à mes goûts et caractéristiques physiques. Suivant l'essai d'anches et instruments d'autres personnes, il est devenu clair que chaque personne a besoin de caractéristiques instrumentales différentes. Ce n'est pas une simple question d'ajuster l'embouchure ou le souffle aux styles régionnaux, c'est la question importante d'harmoniser l'outil aux besoins individuels; il n'y a donc pas solution unique.
    A Different Approach
    This year, I did not try all the makers: I focused on a set of instruments I was particularly interested in getting to know more closely. And generally, my impressions were mostly the same as last year (see here), so I will mostly mention what struck me as different.

    New concept: "presence"
    A lot of people talk about "projection", how an instrument can be loud at the far-end of concert hall even if it doesn't sound loud right beside. I cannot test this these days, but another aspect that strikes me is the "presence" of the instruments tone; you might want to call this "resonance"… The best way to explain this is to compare the sound of the same piano performance on a 9-foot Steinway versus a 4-foot upright versus a great home-stereo versus your iPhone! The sound quality is not just what you hear in your ears, but how it resonates the whole body and fills the room. A great sound system playing a CD of Martha Argerich will sound powerful, but never quite as real as even the crappiest small upright piano: the real piano has much more "presence".
    Une approche différente
    Cette annnée, je n'ai pas essayé tous les fabricants: je me suis penché à la place sur ceux qui m'intéressaient particulièrement. Généralement, mes impressions sont les mêmes que l'an dernier (voir ici) alors voici surtout ce qui m'a frappé comme différent.

    Nouveau conept : la 'présence'
    Plusieurs parlent de 'projection', combien un instrument peut se faire entendre en arrière de la salle de concert sans pour autant bombarder les oreilles de près. Ces temps-ci, je ne suis pas en mesure de vérifier ceci, mais un autre aspect me frappe, la 'présence' dans le son d'un instrument; on pourrait vouloir dire 'résonnance' ... Le mieux que puisse faire et de comparer au son qui émane d'un piano à queue de 3 mêtres à comparer à un piano droit dans son salon ou un excellent système de son ou son téléphone cellulaire. La qualité sonore n’émane pas juste du  pavillon aux oreilles, mais enveloppe l’instrument, la salle et le corps. Un système de son formidable jouant un CD de Martha Argerich sonnera formidable, mais jamais aussi vivant que même le pire piano droit: démontre beaucoup plus de 'présence'.
    Viennese oboe and Jacques Tys
    This blog often discussed how different reeds and different staples and different instruments will produce different tone colours - some combinations helping and other combinations hindering the attainment of a musician’s goals. My dream objective has been for a very long time to combine the very enveloping warm sound of the baroque oboe with the versatility and extreme range of the modern instrument. Well it seems this combination already exists: the Late-Romatic model of Guntram Wolf’s Viennese oboe! It only has the keywork of the days of Schubert, so playing it is not as easy as the modern instruments; but hey, this is essentially the instrument Pasculli played his unbelievably difficult pieces on!

    Unfortunately, or maybe very fortunately, I waited to the last day before trying the Viennese. Last year, in Redlands, Wolf brought Viennese reeds made in the most popular way, and the instrument sounded essentially like a very lush modern oboe. This year, he also brought a wider, more triangular reed: this made the instruments, especially the boxwood Late Romantic model, sound almost like a baroque instrument – my dream come true! Had I tried them 2 days earlier, it is almost certain I would have bought one.

    However, on the last 2 days of the conference, a very good acquaintance told me that I should really not miss the 2 performances by Jacques Tys, principal oboe of the Paris National Opera. I cannot describe his performances without sounding like a dreamy poet! Unfortunately, he has not recorded any solo works, so all I can say is that he played music that I would normally not enjoy, but I felt as if I were beholding the souls of music and inspiration themselves!

    I had already been unspeakably impressed by Jean-Luc Fillon playing jazz with indescribable connection to the music. But I have never learned on improvisation and real jazz spirit is just not anything I ever developed, so I can't aim to do what he does, not without massive re-education. But Jacques Tys play Mozart and Silvestrini, music that is fully within my habits from so many years. This made me reconsider buying ANY instrument, not a fabulous modern oboe, not a d’amore not a baroque-sounding Viennese not anything.

    Why? Because the profound and moving inspiration by both these phenomenal artists made it clear that I must strive for an inward connection to music: mastering the technique is only a tool and the printed music is only a map for something far more spiritual.  To buy a new instrument would just distract either with projects to showcase the spectacular qualities of a rare instrument OR with a nervous obsession to prove that buying a new instrument really does make life easier to play wonderfully. My Lorée, flawed as I might believe it to be, is a known vector, so I can focus on my new goals instead.
    Le hautbois viennois et Jacques Tys
    Ce bloge traite souvent des variances en timbre d'instruments ou même des tubes différents - certaines combinaisons aident et d'autres nuisent aux buts d'un musicien. Je vise longtemps à combiner la polyvalence du hautbois moderne avec le timbre voluptueux du hautbois baroque. Et bien cette combinaison existe déjà: le modèle romantique du hautbois viennois par Guntram Wolf! Il a le mécanisme d'un instrument qui aurait été joué dans le temps de Schubert, alors pas aussi facile à jouer que les hautbois modernes; mais coup-donc, c'est essentiellement ce que Pasculli a utilisé pour composer et jouer ses oeuvres virtuoses!

    Maleureusement, ou peut-être heureusement, j'ai attendu le dernier jour de la conférence avant d'essayer les viennois. L'an dernier, à Redlands, Wolf a apporté une anche du style le plus populaire qui lui donne un timbre très riche, mais moderne. Cette année, ils ont aussi apporté une anche plus large et triangulaire qui donna aux instruments un timbre sombre presque baroque, surout au modèle romantique en buis. Mon rêve s'est réalisé: si je l'avais essayé 2 jours plus tôt, je l'aurais presqu'assurément acheté.

    Mais les deux derniers jours de la conférence, une très bonne connaissance m'a indiqué de ne pas manquer les récitals de Jaques Tys, hautbois solo à l'Opéra National de Paris. Je ne peux décrire ses performances sans passer pour un poète rêveur! Malheureusement, il n'a jamais endisqué d'oeuvres à part l'opéra alors tout ce que je puisse dire est qu'il a joué des pièces qui normalement m'auraient déplus, mais j'avais l'impression de contempler l'âme de la musique et l'inspiration elles-mêmes!

    J'étais déjà impressioné sans mesure par Jean-Luc Fillon jouant un jazz merveilleux, magiquement connecté à la musique. Je n'ai jamais travaillé l'improvisation et le vrai jazz est un monde que je n'ai jamais développé, alors je ne peux pas viser faire semblable sans rééducation massive! Mais Jacques Tys a joué Mozart et Silvestrini, répertoire bien dans mes moeurs. Ceci m'a fait réévaluer acheter n'importe-quel instrument: ni un hautbois formidable moderne, ni un viennois au timbre baroque, ni rien.

    Pourquoi? Parce que l'inspiration émouvente de ces deux artistes sublimes ont rendu clair que je dois viser cette même connexion intérieure à la musique : la maîtrise technique n'est qu'un outil et la musique imprimée, une mappemonde vers quelque-chose de bien plus spirituel. Acheter un instrument ne ferait que me distraire avec des projets à mettre en évidence leurs caractéristiques spectaculaires OU m'obséder à démontrer qu'avoir acheté l'instrument n'était pas une fausse illusion. Mon Lorée, avec ses défauts vis-à-vis mes besoins, est un vecteur connu; je peux donc me ocncentrer sur mes nouveaux buts à la place.
    Impressions on the instruments

    My list of favourites is becoming clearer now. I must confess that it remains difficult to choose some over the others. All the following important makers (alphabetically) impress me tremendously: Bulgheroni, Covey, Dupin, Howarth, Fossati, Ludwig Frank, Marigaux, Mönnig, Püchner and Rigoutat.

    My “short list” can be limited to these specific models: any Marigaux, Dupin, any Wolf Viennese, Rigoutat J, Bulgheroni Musa, Josef 20th anniversary, Howarth XM, Mönnig 150 and L. Frank del Sol.

    However, I can detail a “very short list” of my three top favourites:  Dupin Imperial, Marigaux M2 and Fossati model A. The difference between these top favourites and the others is really a matter of personal preference: I cannot speak of any pros or cons that make the choice. Funny thing is that they span all price ranges, but to my taste, all three fully answer my objectives. So I cannot just say "OK, I'll just buy the least expensive"; all three are very different, so they become diffiult to compare betwen each other.
    Imprssions sur les instruments

    Ma liste de favoris se clarifie. Je dois avouer qu'il reste difficile de choisir quelques-uns au dessus des autres. Tous les fabricants suivants (en ordre alphabétique) m'impressionnent grandement: Bulgheroni, Covey, Dupin, Howarth, Fossati, Ludwig Frank, Marigaux, Mönnig, Püchner et Rigoutat.

    Ma 'courte-liste' pourrait se limiter à ces modèles précis: tous les Marigaux, Dupins, tout Viennois Wolf, Rigoutat J, Bulgheroni Musa, Josef 20e anniversaire, Howarth XM, Mönnig 150 et L. Frank del Sol.

    Je peux maintenant donner une 'très courte-liste' de mes trois favoris: Dupin Impérial, Marigaux M2 et Fossati modèle A. La différence entre ces 3 et les autres revient vraiment au goût personnel: je ne peux vraiment rien décrire de points forts et faibles qui font basculer le choix. Chose comique: ces 3 choix incluent le plus et le moins dispendieux, mais répondent parfaitement, selon mes goûts, à mes buts musicaux. Je ne peux donc pas dire : "D'accord, achetons le moins cher"; les trois sont différents au point de ne pouvoir les comparer.
    Almost all of my impressions from IDRS 2013 (Redlands) about the different makers remained the same (see here) but the following observations were somewhat puzzling:
  • ALL Lorées, new, old, standard bore or Royal 125 played just plain great! It is possible that European players still find them tiring on the embouchure, but with my years of playing them I found them just fine. Still restrained in range of dynamics and articulations, but none of the frustrations I used to find – and still do find – everywhere outsisde New-York. No joke, it makes me wonder if Providence was playing tricks on me!
  • In Redlands, Laubin proved an amazing instrument, but not with the powerful character I was hoping for. In New-York, Laubin played tremendously well! Strangely, rosewood: doesn’t seem to agree with me... except for Laubin.
  • In Redlands, I clearly preferred the Josef Clement over the 20th anniversary model, in NYC, it was a direct reversal. In fact, the entire Josef line impressed me somewhat more.
  • Altough Laubin remains a stunning instrument, very well suited to the powerful player, I actually found Covey to be generally easier to play, despite “wanting” less air power.
  • Presque toutes mes impressions d'IDRS 2013 (Redlands) concernant les fabricants restent pareils (voir ici) mais les observations suivantes m'ont frappés:
  • TOUS les Lorées, vieux, neufs, modèle de base ou Royal 125 ont joué sans faille! Il est possible que les européens les trouveront épuisantes à l'embouchure, mais avec mes années d'habitude, je les ai trouvés excellents. Toujours restreints quand à la gamme de nuances et les articulations, mais aucune des frustrations que j'ai toujours ressenti - et ressens toujours - partout hormis New-York. Sans blague, ça me dit que la Providence me jouait des tours!
  • À Redlands, Laubin s'est avéré excellent, mais sans la puissance caractère que je souhaite. À New-York, tout l'inverse! Étrangement, le bois de rose ne semble pas trop bien me servir... à part chez Laubin!
  • À Redlands, j'ai clairement préféré le Josef modèle Clément au modèle 20e anniversaire. À New-York, complètement à l'inverse. À vrai dire, tous les modèles Josef m'ont plus impressionnés.
  • Bien que Laubin soit un instrument spectaculaire, bien adapté à la puissance et à la douceur, je trouve que le Covey est généralement plus facile à jouer, même s'il semble préférer moins de puissance de souffle.
  • Surprises that have not changed since Redlands
  • I still preferred the Fossati A model over their more expensive models – though I believe the MB would suit me quite well after some work on long-tones.
  • I still generally preferred feeling and sound of granadilla over red wood, with the exception of Laubin.
  • Bulgheroni (esp. with new Hartmann bell) still on par with Marigaux for sound and expressiveness – I wish they did synthetic top-joints!
  • As always, Marigaux instruments are simply amazing. Full flexibility, easy altissimo and best in reed friendliness.
  • Surprises qui n'ont pas changé depuis Redlands
  • Je préfère toujours le Fossati A au modèles plus dispendieux - bien que je crois que le MB pourrait bien m'aller en travaillant bien les sons filés.
  • Je préfère généralement la sensation et le timbre des instruments en ébène plutôt que les bois rouges, à l'exception de Laubin.
  • Bulgheroni (surtout avec le pavillon Hartmann) reste à l'égal sonore et expressif de Marigaux - j'espère qu'ils fabriqueront les corps supérieurs synthétiques.
  • Comme toujours, les instruments Marigaux sont simplement épatants. Complètement flexibles, mais stabilité assurée avec un sur-aigü facile et la meilleure tolérance aux anches.
  • New Discoveries
  • Howarth XM: in my opinion, it should replace the XL as the favourite world-wide. It plays with a much more open feeling and sound, much larger sound presence and also much easier to blow. They make a full-synthetic oboe, black and dark-red swirls to make it look like Cocobolo: it sounds nearly identical to the granadilla instrument. Although some people say Howarth is a fantastic instrument with no personality, the XM is one I could buy happily.
  • Joseph d’amore is still top notch, but this year they brought a new, more expensive model: its redesigned bore really made playing a pleasure on any reed. Fully unique in tone quality, this one is difficult to resist!
  • A Covey from the 1970s: absolutely exquisite tone and full range of expression. No 3rd octave key and does not need one: plays up to altissimo B-b like a butterfly takes to air! Mechanics seriously need an overhaul, but well worth it. Over the years, I have seen several old instruments that offer more versatile playing than brand new ones. Howarth claims the XM model is only for Europe and will not be shipped to America...... thankfully they brought it to the IDRS conference: it was a real pleasure to try it. Lorée now builds the Étoile model, also to better penetrate the European market, but they did not bring any to New-York at all. I understand their drive to better compete in Europe, but that still doesn’t explain why they don’t want it here.
  • Nouvelles découvertes
  • Howarth XM : à mon avis, il devrait remplacer le XL comme favori dans le monde. Il laisse le sentiment plus ouvert et joue avec un son plus large, avec une plus grande présence et plus facile à souffler. Ils en font un à 100% synthétique,  avec des tourbillons rouges pour imiter le cocobolo: il sonne presqu'identique à son homologue en ébène. Bien que certains affirment que Howarth est un excellent instrument sans personalité, le XM en est un que j'achèterais volontiers.
  • Le hautbois d'amour Joseph reste chef de file, mais cette année, ils ont apporté un nouveau modèle plus dispendieux: la perce redessinée le rend vraiment un plaisir avec n'importe-quelle anche. Timbre vraiment unique; difficile à résister!
  • Un Covey des années 1970: timbre exquis et pleine gamme expressive. Pas de 3e clef d'octave et n'en a pas besoin: joue le si-bémol sur-aigü comme un papillon prend vol. La mécanique a sérieusement besoind'une remise à neuf, mais en vaut vraiment la dépense. Au fil des ans, j'ai vu plusieurs vieux instruments qui offrent plus de polyvalence que des flambant neufs. Howarth affirme que le modèle XM est pour l'europe seulement et ne sera pas distribué en Amérique du nord.... heureusement ils l'ont apporté à la conférence IDRS: un vrai délice à essayer. Il paraît que Lorée fabrique un modèle Étoile, aussi réservé au marché européen; ils ne l'ont pas apporté à New-York du tout. Je comprends bien leur motivation de faire compétition plus féroce en Europe, mais ça n'explique pas pourquoi ils ne veulent pas livrer ici...
  • Imitation is flattery.... and normal....
    I’m a computer engineer. In my world, "acquiring" the new designs by other people is the natural thing to do. After all, imitation is the sincerest form of flattery, no? In my world, "copying" is called "reverse-engineering".
    L'imitation est flatteure ... et normale ...
    Je suis ingénieur informatique. Dans mon monde, 'acquérir' les nouveaux conepts chez la compétition est pratique courante. Après tout, c'est flatteur de se faire imiter, non? Dans mon monde, le "copiage" s'appèlle le 'génie inverse'.
    Don’t judge an instrument by the shape of its bell!
    Christoph Hartmann made the very fancy bell on the Dupin Imperial famous and the Ludwig Frank Brillant model has a "traditional German bell" that looks almost identical to the Imperial. We would therefore expect the two instruments to have very similar characteristics; in fact, they both play and sound very differently. We can compare them in terms of dependable tuning and ease of playing, but the sound and characters are completely different.

    Bulgheroni made a new similar flared bell for their Musa oboe in answer to Christoph Hartmann’s request: the outside is wavy, but the inside is still a very simple curve. The bell of the Fossati A model, on the other hand, has a very linear outside whereas the inside of the bell has several curve... this might be a smoother version of the now famous “ridges” of the Mönnig Albrecht Mayer oboe.

    Thomas Orlowski makes very ornate bells in Berlin and Fossati once made a big round bell for some distributors in Germany. Some people on Facebook have told me that his bells make tuning, blowing and playing softly in the low notes much easier while keeping a nice warm tone in the 2nd octave-key notes.

    I see no benefit at all in trying to trace back who started these innovative bells and who followed whom, mostly because none of these instruments sound or feel alike anyway! In all cases, and including the unique bells of Josef oboes, I like these bells quite a lot: they open the "presence" of sound and resonate in the chest.

    Oddly, Marigaux M2 has a very simple looking bell, but the instrument does display strong presence and lush tone… I don’t know how Marigaux does it, but they manage to combine conservative appearance with very innovative feelings.
    Ne jugez pas un instrument par l'allure de son pavillon!
    Christoph Hartmann a rendu célèbre le pavillon bien spécial de l'Impérial de Dupin et le modèle Brillant de Ludwig Frank montre un pavillon "traditionnel allemand" d'apparence presqu'identique à l'impérial. Étand donné l'apparence si semblable, on croirait que ces deux instruments aient aussi des caractéristiques semblables; en vérité, ils jouent et sonnent très différemment. On peut les comparer en termes de facilité à jouer et fiabilité de justesse, mais le timbre et le caractère sont complètement différents.

    Bulgheroni a aussi produit un pavillon semblable pour le Musa à la demande de Christophe Hartmann; l'extérieur est bien courbé, mais l'intérieur reste simple. Le pavillon du Fossati A, à l'inverse est simple à l'extérieur, mais bien courbé à l'intérieur... peut-être une version plus fluide des crêtes du modèle Albrecht Mayer de Mönnig.

    Thomas Orlowski, à Berlin, produit des pavillons très ornementés et Fossati a jadis produit un pavillon arrondi pour des distributeurs allemands. Quelques personnes sur Facebook affirment que ça facilite grandement le souffle et la douceur des notes graves tout en concervant le timbre dans le registre aigü.

    Je ne vois aucun mérite à retracer l'historique innovateur et qui a copié qui, surtout parce qu'aucun de ces instruments ne sonne ni donne le même sentiment en jouant. Dans tous les cas, incluant le pavillon unique de Josef, j'aime beaucoup ces pavillons : ils ouvrent la "présence" de l'instrument.

    Curieusement, le M2 de Marigaux a un pavillon d'apparence simple, mais l'instrument démontre aussi un bonne présence... Je ne sais pas comment le fait Marigaux, mais ils ont le tour de combiner l'allure conservateur avec des qualités innovatrices.
    Ergonomics
    Laubin and Covey still take the laurels with the "usual" key system - at least, for my very square Polish hands. However, the innovations by Marigaux and Mönnig must absolutely be applauded. Also, Dupin deserves some mention here…

    Like I said about reverse-engineering, I honestly don’t care who invented the fabulous left-hand pinky-keys found on the Marigaux M2 and Mönnig 150, the idea is just ingenious! Talk about making life easier in Ab-major or C-minor (for example)! But the Marigaux M2 has an extra nice touch to the tone holes on both right and left hand sides: the fingers end-up closer together. When I tried this in California, it actually bothered me, but in NYC, I found this absolutely amazing: so much easier on the ligaments etc.
    Ergonomie
    Chez les instruments 'habituels', Laubin et Covey prennent les lauriers pour le confort, du moins avec mes mains polonaises très carrées. Par contre, les innovations de Marigaux et Mönnig doivent absolument être applaudis. Aussi, Dupin mérite ici une mention....

    Comme j'ai dit à propos du génie-inverse, je me fous de qui a inventé la formidable palme de gauche chez le Marigaux M2 et le Mönnig 150, l'idée est géniale! Comparez, par exemple, l'exécution des arpèges de la-bémol majeur et do-mineur! Mais le Marigaux M2 fait de quoi de spécial avec les doigts des deux mains: les doigts finissent plus près et à l'aise. Quand j'ai essayé en Californie, ceci m'aivait dérangé, mais à New-York, j'ai trouvé ceci vraiment préférable: plus facile sur les tendons etc.
    If you just look at the Dupin Imperial, you might think "nothing special about the keywork" ... now play it for a few minutes ... see the difference? They managed to put the keys closer to the body than any other maker AND not a sniff of stuffy note or windy sound anywhere. In fact, the difference in tone between the forked-F and keyed-F is so negligible, you’ll want to start practicing your études by Fernand Gillet again!

    I was asked by a few people if the Imperial's weight might cause pain in the thumb? The instrument is heavier, but for that matter, you’d better get a Covey or rosewood Yamaha. I’ll be blogging about this some other time - in my opinion, weight should never be an issue: if weight is causing you pain, there is some other problem that the weight is just bringing out into the open. I REALLY recommend people to learn the violin in order to understand how a proper bow grip relates to holding the oboe! Combine that with Tai-Chi to turn relaxation into strength and slowness into speed and you’ll never need a neck strap or peg for the English Horn again!
    Si on regarde un Dupin Impérial, tout bonnement on pourrait dire "rien de spécial avec les clefs" ... maintenant jouez-le quelques minutes ... vous voyez la différence? Ils ont réussi à mettre les clefs plus proche du corps de l'instrument SANS pour autant rendre les notes venteuses ou congestionnées. En fait, la différence entre le fa de fourche ou de gauche est si négligible que vouv voudrez reprendre les études de Fernand Gillet!

    Quelques personnes m'ont demandé si le poids de l'Impérial pourrait causer des tensions au pouce. C'est vrai qu'il est plus lourd, mais tant qu'à ça, vous seriez mieux d'acheter un Covey ou Yamaha en bois de rose. J'en ferai un autre article plus tard, mais à mon avis, le poids de devrait jamais poser un problême; si cela vous agace, le pois ne fait effectivement que mettre en évidence autre chose. Je recommende VRAIMENT que les musiciens apprennent le violon pour comprendre comment la tenue de l'archet décrit la tenue du hautbois! Combinez ça avec le Tai-Chi pour transformer la détente en force et la lenteur en vitesse et vous n'aurez plus jamais besoin de ficelle ou de pied pour le cor anglais!
    A few clarifications on my favourite makers
    Dupin (Imperial):
    Still the Stradivarius of the oboe. I only know their "regular" model by reputation – all accounts are of the highest esteem. Last year, I tried the Imperial model at the very beginning of the conference, before all other instruments and I was not able to try it again afterwards. So it is possible, the first-time contrast with my Lorée marked me more strongly: the amazement might diminish after trying many other makers. Well, this year, Oboes.ch brought two Dupin imperials and I was able to try them every day, before and after others. I can now say with full conviction that the Dupin Imperial is simply in a class of its own, fully worth the price its exclusivity commands.
    Quelques clarifications sur mes fabricants favoris:
    Dupin (Impérial):
    Toujours le Stradivarius du hautbois. Je ne connais son modèle "régulier" que par réputation - les propriétaires que je connais l'estime grandement. L'an dernier, j'ai essayé l'impérial au tout début de la conférence, avant tous les autres et je n'ai pas pu confirmer mes impressions par la suite. Je ne savais donc pas si mon émerveillement venait du contraste (vis-à-vis mon Lorée) accentué par la nouveauté de l'expérience et diminuerait suite aux autres essais. Cette année, j'ai pu en essayer deux chaque jour, avant et après les autres. Je peux maintenant dire sans aucune hésitatino que l'Impérial de Dupin est dans  une classe à part: il vaut pleinement le prix de son exclusivité.
    Marigaux:
    In my opinion, still the very definition of dependability and helpfulness. Marigaux is the ideal musician’s ally, both the instrument and the company!  I was relieved that the M2 once again blew me away: in Redlands, I was surprised to find it excellent but unimpressive after falling in love with it when first visiting New-York again in 2012. The very large sound-body of the M2 just really appeals to me and I find its ergonomics very relaxing to my tension-prone hands. The 901 and 2000 series are still beyond-standard in how they help a musician achieve sound and expressive goals.

    This year, rare treat, they brought an oboe d’amore. Marigaux d’amores actually have a waiting list, and it’s not hard to see why. Rock-solid tuning with a predilection for easy reeds to make them sound great, with full dynamics in all ranges. The sound is the perfect mid-point between their milky oboe sound and deep-dark-avian English Horn: it really does not tend more to one than the other and definitely "non-dictatorial" in possible tone colours. Top-notch quality and sound characteristics on par with Bulgheroni; it is affordable and therefore well worth the wait.
    Marigaux:
    À mon avis, toujours la définition-même de la fiabilité. Marigaux est l'allié idéal du musician, tant l'instrument que la compagnie! J'étais soulagé que le M2 m'a à nouveau épaté (comme il l'avait fait lors de ma première visite à New-York en 2012) alors qu'il m'avait laissé presqu'indifférent à Redlands. Le timbre très large du M2 me plaît vraiment beaucoup et son ergonomie favorise la détente de mes mains à risque de rechute de tendinite. Les séries 901 et 2000 restent au dessus de la norme à aider le musicien à atteindre ses objectifs expressifs.

    Cette année, ils ont apporté leur hautbois d'amour. Les d'amours Marigaux accusent d'une liste d'attente, et pas surprenant: justesse solide avec une prédilection pour les anches faciles: les fait sonner vraiment bien tout en favorisant une pleine gamme de nuances sur toute la tessiture. Son timbre, vraiment pas dictateur, est à mi-point entre le timbre chocolaté de leur hautbois et la richesse aviaire de leur cor-anglais. Qualité digne de leur nom et caractéristiques sonores comparables à Bulgheroni; il est abordable et donc vaut bien l'attente.
    Rigoutat:
    Still the ultimate name in freedom. Freedom of sound (bright, dark, warm or harsh), technique, expression, tuning, you’re free to do anything at all. I have spoken with professionals who abandoned other, very well known and appreciated makers in favour of Rigoutat because they consider the other ones too "dictatorial" in nature for sound qualities. What they say is not surprising after hearing the sizzlin’-hot playing of Sébastien Giot last year (while revealing depth of soul beyond his years) and the simply supernatural out-of-this world inspiration of Jacques Tys this year, both with phenomenal velvety-warm tone colours; in fact, Christoph Hartmann sounded just as amazing, and with limitless expression using his Légère reed on the Rigoutat this year as he did on Bulgheroni last year.

    For me, however, this is too much freedom: it makes sense for a professional who practices playing more than 4 hours a day and I suppose amateurs with innate qualities can really like this. But I personally look for more “dictatorial help” from the instrument.
    Rigoutat:
    Toujours la liberté absolue. Liberté du timbre (léger, brillant, sombre, riche ou nasillard), technique, expression, justesse: libre de faire n'importe-quoi. J'ai discuté avec des professionels qui ont abandonné d'autres marques en faveur de Rigoutat parce qu'ils considèrent les autres "dictateurs" en caractéristiques sonores. Cette opinion n'est pas surprenante compte tenu du jeu phénoménal de Sébastien Giot (dévoilant une profondeur d'âme outre son âge) et l'inspiration surnaturelle de Jacques Tys cette année; les deux avec des timbres riches et veloutés; en fait Christophe hartmann sonna aussi impressionnant, et avec expression sans limite sur son anche Légère dans Rigoutat cette année comme dans Bulgheroni l'an dernier.

    Pour moi, ceci est trop de liberté: très raisonnable pour un professionnel qui joue plus de 4 heures par jour, et je suppose que des amateurs avec qualités innés pourront en bénéficier. Mais, personellement, je peux profiter d'un peu "d'aide dictateur" de l'instrument.
    Fossati:
    Prominent makers boast of hand-crafting most or all the steps in instrument construction. Fossati boasts of the opposite: they computerize almost everything except the end tuning. I must confess, this appeals to the engineer in me, as does their use of Palladium instead of Silver, which they claim better resists oxidation and erosion from the fingers. In fact, perhaps because they are a little bit smaller than the other big-name makers, they do more experimenting with wood selection, wood-decoration and mechanical disposition…. all the while keeping their instrument much less expensive than the better known names.

    I was only able to try them at the two IDRS conferences, so I have less exposure to them than Marigaux, Buffet Crampon or Howarth, but I was impressed both times: I consider one of the easiest oboes, d’amores and English horns to blow, while also ensures a very lush sound with tuning that seems to take care of itself.

    Fossati:
    D’autres fabricants vantent le fait qu’ils exécutent chaque étape de la construction d’instrument à la main. Fossati se vante du contraire: ils robotisent presque tout sauf l’ajustement final de la justesse. Je dois confesser que celà plaît à l’ingénieur en moi, come le fait qu’ils plaquent la mécanique de palladium au lieu d’argent, ce qu’ils prétendent résiste mieux à l’oxidation et l’érosion par les doigts. En fait, parce qu’ils sont un peu plus petit que les autres fabricants bien connus, ils font plus d’expérimentation avec la sélection du bois, la décoration du bois et la disposition mécanique… tout en offrant un instrument bien moins dispendieux que les marques mieux connues.

    Je n’ai pu les essayer qu’aux conférences IDRS, alors je les connais moins que Marigaux, Buffet Crampon ou Howarth, mais j’ai été bien impressionné les deux fois: je considère leur hautbois, d’amours et cors anglais parmi les plus faciles à souffler, tout en soutenant un timbre ultra-profond et une justesse qui semble s’occupper de soi.

    Mönnig (Compared to Ludwig Frank):
    I always pair Mönnig with Frank because I have a very difficult time choosing between them. Their Mönnig 150 oboe, with wide reeds, tends to sound like the d’amore, whereas the Ludwig Frank Brillant is mellower, a total-velvet sound and I also find it needs less professional stamina to play. So, in combination with the Mönnig d’amore, I tend to favor the L. Frank for more sound variety.

    A pleasant surprise this year: the d’amore did not make me sound like an English Horn! Definitely a distinct sound, neither oboe nor EH: the conical bell is more oboe-like and the traditional pear-bell is more EH-like, but still both distinct.

    What really impresses me most about the Mönnig and Ludwig Frank instruments is the feeling of the keywork. Some call it "heavy", I call it solid. I had similar impressions with Howarth and Fossati. It’s not a matter of actual weight, but rather a feeling that the keywork will not wiggle at all and guide the fingers in the correct motions. For example, the half-hole and right-index extensions really allow a different pronation of the wrist making it, to my taste, much more comfortable to play.
    Mönnig (à comparer à Ludwig Frank):
    Je compare toujours Mönnig et Ludwig Frank parce que j'ai tant de misère à choisir entre les deux. Le Mönnig 150, avec des anches larges, tend à sonner comme un hautbois d'amour tandis que le Ludwig Frank Brillant (contraire à son nom) sonne plus velouté; je crois aussi que ce dernier exige moins de vigueur à jouer. Alors, en combinaison avec le Mönnig d'amour, je tends à favoriser le L. Frank pour plus de variété sonore.

    Surprise plaisante cette année: le Mönnig d'amour ne sonnait pas comme un cor anglais quand je le jouait! Définitivement un timbre distinct, ni hautbois, ni cor anglais. Son pavillon conique tend plus vers le htb et le pavillon en poire tend plus vers le CA, mais les deux restent quand-même distincts.

    Ce qui m'impressionne surtout de Mönnig et Ludwig Frank est le sentiment de solidité dans leur mécanique. Certains le diront plus 'lourd', mais c'est plus une question d'ajustement parfait de la mécanique qui ne bouge vraiment pas. J'ai le même sentiment avec Howarth et Fossati. Par exemple, le demi-trou et l'extension de l'index permettent une rotation différente du poignet droit qui, à mon goût, est plus confortable à jouer.
    Uncertainties:
    The new pro model Fox is very worthy indeed and so is the European Yamaha. Their quality is not in question, but their price is. At the price of a Marigaux 901, clearly, I would choose the Marigaux or a more affordable Fossati long before the Yamaha. And if I need a full professional instrument that wants less physical power, I’ll gladly take the Covey before the Fox without hesitation.
    ... but these are my own personal opinions, which will not be shared by all.
    Incertitudes :
    Le nouveau modèle professionel de Fox est fort appréciable et le modèle européen de Yamaha l'est aussi. Mais au prix d'un Marigaux 901, clairement je choisirais le Marigaux ou un Fossati plus abordable que le Yamaha. Et si je souhaite un instrument professionnel qui cherche moins de puissance corporelle, je prendrais volontiers le Covey avant le Fox.
    ... mais ceux-si sont mes opinions personnelles, pas partagés par tous.

    Sunday, September 14

    Anecdotes and/et Decisions – IDRS 2014 art. 3

    Well, the title on the blog title does combine oboe with engineering and chronic pain. I keep forgetting fibromyalgia is an “invisible disease” until someone on Facebook shares an inspirational picture and I get sick the following weekend… two 7-day work-weeks including labour-day don’t help.

    It’s just that much more upsetting when the invisible condition is typically a woman’s malaise and all I know how to do is fight it like a man! Flirt male

    Well, whenever people ask why a person can get so nerdy about the oboe, all I can say is that it makes me feel better while I’m playing!
      fibromyalgia_awareness Eh bien, le titre du blogue combine le hautbois avec la profession d’ingénierie et la douleur chronique. J’oublie souvent que la fibromyalgie est une “maladie invisible” jusqu’à ce que Facebook affiche une image de soutien moral et je me trouve malade la fin de semaine suivante…. deux semaines de 7-jours de suite à l’ouvrage (incluant la fête du travail) n’aide pas.

    C’est d’autant plus fâcheux lorsque la condition invisible est habituellement un malaise de femme et je ne sais rien faire d’autre que me battre comme un homme! Flirt male

    Alors, quand les gens se surprennent qu’une personne peut s’entêter à ce point avec le hautbois, je peux juste dire que je me sens mieux en répétant!
    YES, CLIMATE CHANGES THE INSTRUMENT!

    I was puzzled at IDRS 2013 (Redlands, California): the Marigaux M2 and Mönnig 150 left me indifferent after I loved it so much in New-York in 2011. I asked a number of professionals if they thought climate could be the reason. Approximately half of them told me no (only the reeds) and the other half said yes.

    Now I can confirm that, yes, I believe regional climate on top of day-to-day weather has huge effects on the instrument’s sound and behaviour. The first thing I did at IDRS 2014 was to find the Marigaux booth and compare the 2001 (that really impressed me last year) with the M2. Without hesitation I said “day and night”: the 2001 was still amazing, but the M2 really became my favourite again. Now Peter Cooper told me he believed the difference was due less to climate than characteristics of individual instruments… OK, except for what happened with my Lorée...

    I have said many times that, despite a restricted dynamic range and “wobbly” (unstable) 1st octave key notes, my Ol’ Faithful plays even better than new Royals. But it just so happened that at the conference, Lorées gave me no difficulties whatsoever: my Ol’ Faithful and all Lorées played quite nicely all week! But since my return to Ottawa, Ol’ Faithful is again exhibiting its annoying behaviours.

    continentalWeather

    OUI, LE CLIMAT CHANGE L’INSTRUMENT!

    Ça m’a vraiment embêté, à IDRS 2013 à Redlands en Californie, que le Marigaux M2 et le Mönnig 150 m’ont laissé indifférent après les avoir tant aimé à New-York en 2011. J’ai demandé à un nombre de professionnels si le climat pouvait en être la cause. Environ la moitié a affirmé et l’autre a démenti (ça n’affecte que les anches).

    Maintenant, je peux confirmer que oui, je crois que le climat régional (en plus de la météo saisonnière) a un effet énorme sur le timbre et le comportement d’un instrument. Immédiatement en entrant à IDRS 2014, j’ai trouvé le kiosque de Marigaux et j’ai comparé le 2001 (qui m’avait impressionné l’an dernier) avec le M2. Sans hésitation j’ai déclaré “Jour et nuit!” : le 2001 continue à impressionner, mais le M2 est à nouveau mon favori. Maintenant, Peter Cooper m’a expliqué qu’il s’agirait plutôt de caractéristiques des instruments individuels… d’accord, sauf pour ce qui s’est produit avec mon Lorée…

    J’ai dit maintes fois que ma Vieille Branche joue toujours mieux à ce jour que même les Royals neufs, malgré ses nuances restreintes et des notes instables à la 1ère clef d’octave. Mais il se donne que pendant toute la semaine de la conférence, aucun Lorée ne m’a donné d’ennuis! Depuis mon retour à Ottawa, ma Vieille Branche a repris ses habitudes agaçantes.

    The Ultimate Oboe:

    For the past couple of years, one oboe maker has been repeatedly wishing me good luck in my pursuit to find the “ultimate/ideal oboe”. This was true a few years ago, but after trying all the different makers on different occasions – and especially after comparing them in the company of other people – I no longer see it this way. Many instruments can suit a person quite well while still behaving very differently in different locations. I think the three following stories will explain.

    The first one was surprising:

    My Lorée (and all others) suddenly played fine. This was strange because my complaints remained true everywhere I’ve been in Canada (from Québec city to Windsor, Ontario… even Banff) and even in Redlands California. But in New York, in early August 2014, all fine! OK, the sound characteristics are still not to my personal taste, but that’s not a functional flaw. The return of bad behaviour on my return home makes me wonder if Providence was not playing tricks on me here!!!

        IMG_0489 Le hautbois ultime :

    Depuis quelques années, un fabricant me souhaite périodiquement bonne chance dans ma quête à trouver le “hautbois ultime/idéal”. Ceci était vrai, il y a quelques années, mais après avoir essayé presque toutes les marques à diverses occasions – et surtout après les avoir comparé en compagnie d’autres musiciens – j’ai changé mon optique. Plusieurs instruments peuvent très bien satisfaire quelqu’un même s’ils se comportent différemment à des endroits différents. Je crois que les trois histoires suivantes sauront expliquer.

    La première m’a surpris :

    Mon Lorée (et tous les autres) s’est soudain mis à bien jouer. Mes plaintes se sont confirmés partout où j’ai joué au Canada (de la ville de Québec à Windsor Ontario et Banff y compris) et même à Redlands en Californie. Mais à New-York au début d’août 2014, tout va bien! D’accord, les caractéristiques sonores ne sont pas mes préférées, mais c’est une question de goût, pas de défaut. Je me demande si la Providence ne me jouait pas des tours!!!

    The second story is revealing.

    My conference room-mate, Norm Lambert, had with him a Mönnig Albrecht Mayer model, so I got to compare it with Ol’ Faithful. The Mönnig’s sound characteristics are undeniably outstanding: no orchestral oboe has a “larger presence” or richer tone colour. It definitely made tuning easier, even if Ol’ faithful was behaving well. Norm also asked me to help him compare his Mönnig, a Joseph 20th anniversary model and a Marigaux 901. The Joseph was also quite stunning and opened-up his musical spirit, but the Marigaux 901 just appeared to “fit” him better. It’s hard to explain in words, for me the instruments were almost equivalent, but for him, the 901 really responded better. The next day, he asked me to help compare two Marigaux 901: one with a synthetic top-joint and the other entirely Altunoir. Amazingly, for him the full-Altunoir clearly helped him express himself and sound fully, but for me it was the partial-wood instrument that opened my sound.

    monnigMarigaux La seconde est révélatrice.

    Mon co-locataire, Norm Lambert, a apporté son Mönnig modèle Albrecht Mayer, alors j’ai pû bien le comparer à ma Vieille Branche. Les caractéristiques sonores du Mönnig sont indéniablement sublimes : aucun hautbois d’orchestre n’a “présense plus large” ou un timbre plus riche. Il me rend aussi la justesse vraiment plus facile, même si Vieille Branche se comportait bien. Norm m’a demandé de l’aider à comparer son Mönnig à un Joseph 20 e anniversaire et un Marigaux 901. Le Joseph est aussi étonnant et ouvrit son esprit musical, mais le 901 semblait simplement mieux lui aller. Dûr à expliquer en paroles, pour moi, les instruments étaient presqu’équivalents, mais pour lui, le 901 répondait vraiment mieux. Le lendemain, il m’a demandé de l’aider à comparer deux Marigaux 901 : un avec corps supérieur synthétique, et l’autre entièrement en Altunoir. C’était étonnant à quel point le 100% Altunoir l’aidait à s’exprimer et à ouvrir son timbre, mais pour moi celui avec les corps de bois qui m’ouvrit le son.

     

    Third story:

    Norm finally bought the full-Altunoir Marigaux 901. That night, he still had his excellent Mönnig and Fossati lent me a Model A oboe for trial, so we both had 4 instruments to compare. Clearly the Mönnig had a huge vibrant sound with both of us, but it might be better suited to a professional with the stamina to play it. Although Norm sounded fantastic on my Lorée, the Marigaux was an easy winner for him: easier on the tuning, easier on the character, easier on the depth of sound, just plain easier to make him shine. With me, the 901 was also a clear improvement on my Lorée: not quite as large sounding as the Mönnig, but less effort required to play it. There is something about the sound of the Fossati that really attracted me: almost the exact opposite of my Lorée, it combined the deep presence of the Mönnig with the fluidity of the Marigaux – not to the extent of, but rather at mid-point between them. Both the Lorée and the Marigaux have excellent and dependable mechanics, but I really like the stronger feeling of the keywork with both Mönnig and Fossati: some people call this “heavy” (yes, it is heavier) but I like the tighter feeling in the keys. They also make the extensions for the index fingers longer and more angled, very comfortable for my tendonitis-prone fingers.

    Which would I choose to buy?
    That’s a discussion for another blog post!








    ideal
    Troisième histoire :

    Norm a enfin acheté l’Altunoir. Ce soir-là, il avait toujours son excellent Mönnig et Fossati m’a prêté un Modèle A en essai, alors nous avions 4 instruments à comparer. Clairement, le Mönnig nous a donné aux deux un son très large et vibrant, mais il est peut-être mieux destiné à un professionnel avec l’endurance à le jouer. Bien que Norm sonnait vraiment formidable sur mon Lorée, le Marigaux était un champion pour lui : plus facile de justesse, plus aisé sur le caractère musical, plus de profondeur de timbres et simplement plus apte à son expression. Pour moi, le 901 était aussi une amélioration nette comparativement à mon Lorée : présence moins large que le Mönnig, mais moins d’effort requis pour le jouer. Il y a quelque-chose dans le timbre du Fossati qui m’a vraiment marqué : presque l’inverse exact de mon Lorée, il combine la profonde présence de Mönnig avec la fluidité de Marigaux – pas à la limite mais plutôt une sorte de point-milieu entre les deux. Autant Lorée que Marigaux offrent une mécanique excellente et fiable, mais j’ai vraiment aimé la touche forte chez Mönnig et Fossati : certains les diront “lourds” (oui, c’est plus lourd) mais j’aime le sentiment serré dans les clefs. Ces deux derniers font aussi des extensions plus longues pour les indexes, très confortables pour mes doigts à risque de tendinite.

    Quel aurais-je choisi d’acheter?
    C’est une discussion pour un autre article!

    Why didn’t I buy:

    I have been bugging a few makers over the past few years and now I bought nothing ... my apologies for the aggravation! I actually came close to buying one of two instruments: the Marigaux d’amore or the Fossati model A. Like the Marigaux M2 I love so much, the Fossati has a deep dark sound full of presence, but it also appeals to the engineer in me, apart from being much more affordable.

    In the end, I bought nothing.   Here is why:

         Pourquoi n’ai-je pas acheté?

    Depuis quelques années, j’agace un nombre de fabricants et ensuite je n’achète rien… mille excuses de tant vous embêter! À vrai dire, j’ai passé très proche d’acheter soi le hatubois d’amour Marigaux ou le Fossati modèle-A. Comme le Marigaux M2 que j’aime tant, le Fossati offre une richesse sonore, mais en plus d’être beaucoup moins dispendieux, il éveille l’ingénieur en moi.

    En fin de compte, je n’ai rien acheté.  Voici pourquoi :

    1. My Lorée played fine in New-York.

    The very first important thing, as I had always stated before: I need to ensure any instrument I buy must sound more to my liking and play in tune more easily and with dependable stability through all dynamics, compared to my current Lorée. I always hope for weather that will make Lorée and reeds play their worst, because if everything plays well, how can I really know if another instrument will not also play badly in conditions that make Ol’ Faithful cranky?

    So unfortunately, my reeds and all Lorées seemed to play very well in New-York... I had Ol’ Faithful tried by a few Americans and a few Europeans. The Americans said it was amazing and the Europeans complained the range using octave keys was exhausting to tune... sounds familiar? But because Ol’ Faithful played well to me (30 years of playing it gave me some habits), I could not prove that other instruments would not also go unstable when returning to Ottawa.

        1. Mon Lorée a très bien joué à New-York

    J’ai toujours dit que le premier aspect le plus important en achetant un nouvel hautbois est qu’il doit améliorer mon timbre et que la justesse doit être fiable et stable dans les nuances à comparer à mon Lorée. Ainsi donc je souhaite toujours la pire météo pour faire jouer mes anches à leur pire : autrement, si mon Lorée joue bien, comment savoir que le nouvel instrument ne jouera pas aussi mal par mauvais temps à Ottawa?

    Alors, malheureusement, mes anches et tous les Lorées semblaient très bien jouer à New-York… J’ai fait essayer ma Vieille Branche par quelques européens et quelques américains. Les américains l’ont trouvé merveilleux et les européens se sont plaints que le 2 e octave était épuisant à jouer juste… où ai-je déjà entendu ca? Mais étant donné que Vieille Branche jouait bien à selon moi (30 ans de le jouer m’ont donné des habitudes), je ne pouvais pas prouver qu’un autre n’irait pas aussi instable au retour à Ottawa.

    2. Budget and don’t settle for “good in the meantime”

    Years ago, my wife and I declared: “we are too poor to buy cheap”. This means that buying less than the favourite ends-up making a person buy more often to progressively “upgrade”, which ends-up being much more expensive. To buy an oboe d’amore, I would need to keep my Lorée with its flaws. Right now, this is still beyond my budget. Selling my Lorée would definitely help buy a new oboe, but I cannot get the price I truly think it is worth, apart from the sentimental value of 29 years and many stories together.

    This year, I had a choice: buy a fantastic instrument OR gutters on the roof and paint the inside of the house (we bought 7 years ago and still never painted) and get a very important teeth-cleaning for one of my dogs… If I were a professional, then an oboe would be an investment to help pay for the rest.

    One other thing struck me this year: is the Viennese oboe. The reed Wolf brought this year (very different from last year) made it sound nearly identical to the baroque oboe. So between that, the exclusivity of the instrument and its considerably lower price compared to my favourites, to buy a Viennese is really not a compromise but a very interesting prospect! More investigation in order...

      











    wolfLineup_crop_sel
    2. Budget et rien “en attendant”

    Il y a longtemps, mon épouse et moi avons convenu que nous sommes “trop pauvre pour acheter bon marché”. Ceci veut dire qu’acheter moins que l’idéal fait acheter souvent pour progressivement “mettre à niveau”, ce qui finit par coûter beaucoup plus cher. Acheter un hautbois d’amour m’obligerait à garder ma Vieille Branche avec ses défauts. Actuellement, ceci dépasse mon budget. Vendre mon Lorée m’aiderait à acheter un nouvel hautbois, mais je ne peux pas obtenir le prix que je crois vraiment qu’il vaut, à part la valeur sentimentale de 29 ans et plein d’histoires ensemble.

    Cette année, j’avais un choix : acheter un hautbois formidable OU les gouttières au toit, peindre l’intérieur de la maison (nous avons acheté il y a 7 ans et pas encore fait) et un nettoyage dentaire assez critique pour un de mes chiens… Si j’étais professionnel, un instrument neuf serait un investissement qui finirait par payer pour le reste.

    Une autre chose m’a frappé cette année : le hautbois viennois. L’anche que Wolf a apportée cette année (différente de celle de l’an dernier) l’a fait sonner presqu’identique au hautbois baroque. Alors entre ça, l’exclusivité de l’instrument et le prix considérablement inférieur à mes favoris, acheter un Viennois ne serait vraiment pas un compromis et devient un prospectus intéressant! À bien songer…

    3. 80% : J-L Fillon and Jacques Tys

    I know many people won’t believe this, but by far the main reason I did not buy has nothing to do my opinion of the instruments. It really is a matter of re-evaluating what I want to achieve artistically with the oboe. In their recitals, two performers (Jean-Luc Fillon and Jacques Tys) exuded a depth of soul that just cannot be explained in words and cannot be understood from CD or You-Tube recordings. Although they play music of extremely different styles, when they play, a connection seems to be created between my soul and something far greater than anything in this mortal world.

    I have been listening to saxophone players and trumpeters and flutists and pianists and every other instrument playing abstract improvisational jazz for 30 years, and honestly, it just never appealed to me: it really just sounds like random noise. NOT SO when Jean-Luc Fillon plays the same kind of music on his Lorée English Horn and Marigaux Altuglass oboe! From the simplest melody to the most ornamented licks, sometimes using only the top joint of his oboe: sheer happiness and enjoyment! I'm telling you, if Jean-Luc's playing was commonplace in modern life, all nations would be happily working to be friends and striving for enjoyment of the wondrous experiences life can bring!

    Apart from some clearly heavenly compositions, I personally find much of Mozart's music boorish and little more than scales and arpeggios. Holy cheeze, when Jacques Tys took out a Rigoutat and played the sonata for oboe and Piano - with melodies that should have put me to sleep – I thought I was listening to the reincarnation of Brahms, Puccini and Debussy all in one! I find most contemporary abstract music to be overly athletic, caring more for intellectual design than artistic inspiration - NOT SO when Jacques Tys played Sylvestrini! I really cannot describe the uplifting and inspirational power of his playing... at the risk of sounding aery-faery, all I can say is that I thought I was taken to heaven by Angels!

    This has nothing to do with the instrument (maker) they play or their technique. Jacques Tys, on his Rigoutat, got a sound more mellow than any American while showing both more power and more softness than even my aesthetics can imagine. (Sébastien Giot and Christoph Hartmann get a similar sound out of Rigoutat, but I assure you I don’t!). Same thing with the simultaneously wild yet plush sound of Jean-Luc Fillon on his Marigaux.

    I don’t know if they did circular breathing or not and I don’t care; I don’t know if they did double tonguing or not and I don’t care; did they do multiphonics? I DON’T CARE! What they did came from a deep relation with the music and a love that connects the artistic soul with the soul of the oboe.

    So I would have been very happy to buy the affordable and fully satisfying Fossati A model, but decided not to because of reason #1. I decided to buy nothing, not even a used Marigaux d’amore or a Viennese, because of reasons #2 and #3. In the end, it really is a matter of forcing myself to be less distracted with a new instrument and instead be more focused on growing artistically. In engineering terms, my Lorée is a known constant, so I can concentrate on cultivating my understanding of the musical heart.

     

     

     

     

     

     

     

    jacquesTys

    Jacques Tys

     

     

     

     

    jlFillon

    Jean-Luc
    Fillon

    3. 80% : J-L Fillon et Jacques Tys

    Un grand nombre ne me croiront pas, mais de loin la raison principale que je n’ai rien acheté n’a rien à voir avec mon opinion sur les instruments. C’est vraiment une question de ré-évaluer mes buts artistiques avec le hautbois. Dans leurs récitals, deux interprètes (Jean-Luc Fillon et Jacques Tys) ont émané une profondeur d’âme qui ne peut pas être décrite en paroles et ne peut pas être saisie par un CD ou vidéo You-Tube. Bien qu’ils jouent de styles vraiment différents, lorsqu’ils jouent, mon âme semble être transportée vers un lieu plus vaste que n’importe-quoi dans le monde mortel.

    Depuis 30 ans, j’entends des saxophonistes, trompettistes, flûtistes, pianistes et toutes sortes d’instruments jouer du jazz abstrait improvisé et, honnêtement, je trouve que ce n’est guère plus que du bruit de circulation de ville. PAS VRAI lorsque Jean-Luc Fillon joue la même musique sur son cor anglais Lorée ou son hautbois Marigaux Altuglass! À partir de simples mélodies jusqu’aux passages les plus agressivement ornementés, parfois avec juste le corps du haut de son hautbois : carrément la joie de vivre! Je vous le jure, si la qualité de jeu de Jean-Luc était monnaie courante, toutes les nations du monde s’accorderaient joyeusement à s’entraider amicalement à vivre les merveilles que la vie peut apporter!

    À part quelques compositions indéniablement célestes, je trouve la grande partie de la musique de Mozart assez ennuyante, ne présentant guère plus que des gammes et arpèges. Sapristi, lorsque Jacques Tys sortit son Rigoutat et joua une sonate pour hautbois et piano – avec des mélodies qui normalement m’auraient endormis – je croyais entendre la réincarnation de Brahms, Puccini et Debussy tous ensemble! Je trouve la majorité de la musique abstraite contemporaine démesurément athlétique, cherchant plus les concepts intellectuels que l’inspiration – PAS VRAI lorsque Jacques Tys joue Sylvestrini! Je ne peut vraiment pas décrire l’inspiration et la puissance céleste de son jeu… au risque de paraître rêveur, je peux juste dire que je croyais être transporté au Paradis par des anges!

    Ceci n’a rien à voir avec l’instrument (le fabricant) qu’ils jouent ni même leur technique. Jacques Tys, sur son Rigoutat, produit un timbre plus velouté que n’importe-quel américain tout en démontrant autant de puissance et douceur que mon sens d’esthétique est capable d’imaginer. (Sébastien Giot et Christoph Hartmann en font presqu’autant avec Rigoutat, mais je vous assure que moi non!) Même chose pour le timbre sauvage, mais velouté (presque peluche) de Jean-Luc fillon sur son Marigaux.

    Je ne sais pas s’ils faisaient de la respiration circulaire et je m’en fiche; je ne sais pas s’ils faisaient de l’attaque double et je m’en fiche; faisaient-ils des multiphoniques? JE M’EN FICHE! Ce qu’ils faisaient vient d’une relation profonde entre la musique et un amour qui raccorde l’âme artistique avec l’âme du hautbois.

    Alors je serais très heureux d’acheter le Fossati modèle-A, très abordable et entièrement satisfaisant, mais je ne l’ai pas fait pour la 1 ère raison. J’ai décidé de ne rien acheter, même pas un hautbois d’amour Marigaux usagé ni un viennois à cause des raisons 2 et 3. En fin de compte, c’est vraiment une question d’éviter la distraction d’un nouvel instrument, me concentrant plutôt sur la croissance artistique. En termes d’ingénieur, mon Lorée est un facteur constant et connu, alors je peux mieux cultiver ma compréhension du cœur musical.